Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


Et Au Milieu Coule Une Rivière (A River Runs Through It)

Robert Redford – 1992

Oscar de la meilleure photographie

1.

Judicieuse mise en relief de l’assiette grâce au reflet créé sur l’arrière par une source diffuse de grande surface placée en contre-jour, et un fort débouchage en face permettant un ensemble très clair mais avec du modelé.

Philippe Rousselot

1.

2.

Le halo sur les vitres et sous la voiture est obtenu en plaçant un projecteur en total contre-jour, caché derrière le véhicule, et reprenant l’effet du lampadaire que l’on aperçoit au fond. Lumière venant du haut, en douche et légèrement de droite pour les personnages (effet lampadaire) avec une petite source latérale en plus droite cadre pour les deux personnages assis dont les visages sont ainsi détourés.

Philippe Rousselot

2.

3.

Lumière diffuse, étale, provenant du haut à droite cadre, en face sur Tom Skerritt et Brenda Blethyn, en opposition avec le contre-jour sur Craig Sheffer en amorce floue au premier plan qui délimite sa silhouette, et donc placé en totale opposition avec ses parents (impression renforcée par l’utilisation de la longue focale qui induit une distance entre eux).

Philippe Rousselot

3.

4.

Lumière diffuse en face, venant de droite cadre (latéral) sur Sheffer avec contre-jour peu marqué pour le liseré dans les cheveux ainsi que le reflet sur la rambarde de l’escalier. La partie droite du cadre est éclairée en contre-jour diffus provenant de la cuisine en enfilade, avec débouchage en face pour le personnage.

Philippe Rousselot

4.

5.

Dominante jaune très marquée, effet lumière de fin de journée. Contre-jour provenant de la fenêtre, bien diffusé, mais avec un très fort débouchage en face qui relève considérablement le niveau lumineux dans la pièce et amenuise ainsi cette entrée de lumière.

Philippe Rousselot

5.

6.

Éclairage principal venant de gauche cadre, très diffusé pour enrober et modeler le visage de Brad Pitt placé en contre-jour sur le fond de soleil couchant (le soleil est donc derrière lui, la lumière qu’il reçoit de face est totalement artificielle), effet repris par un très léger contre-jour provenant de droite cadre et soulignant sa joue. Débouchage pour la partie droite du visage qui n’est pas totalement dans l’ombre.

Philippe Rousselot

6.

7.

Lumière très faciale sur le décor d’avant plan et Sheffer, mais dont le faisceau est coupé par le haut (ombre nettement délimitée sur la porte en fond) pour apporter du contraste et du relief au plan. Tom Skerritt, dans la mièce du fond, est placé au centre de l’attention par un jeu de cadre dans le cadre, d’éclairage en contre-jour pour mettre en avant sa silhouette, et par la direction du regard de Sheffer et de l’ombre portée citée qui convergent vers lui alors qu’il est presque caché dans le fond du plan.

Philippe Rousselot

7.

8.

Scène de nuit avec « effet lune » en contre-jour latéral venant de la gauche, découpant la voiture et le personnage et éclairant la façade de la maison et le sol en avant (pour délimiter le décor visible et laisser la partie droite du cadre dans l’ombre). Utilisation de fumée éclairée en contre-jour au fond du plan, et de petites lampes devant la maison pour apporter du dynamisme.

Philippe Rousselot

8.

9.

Rayon lumineux très focalisé sur Sheffer, mettant en valeur son visage qui ressort de l’ambiance sombre globale, frappé par la gauche par une source ponctuelle, avec néanmoins débouchage diffus à droite pour casser le contraste et distinguer le visage, en gardant une dominante jaune. Le décor en fond est de même faiblement éclairé mais pour autant présent et visible. Contraste plus fort qu’à l’accoutumée impulsant une tension dramatique plus forte.

Philippe Rousselot

9.

Publicités