Mots-clés

, , , , , , , , , , , ,


Basic Instinct

Paul Verhoeven – 1992

8.

Pour créer une atmosphère torride et intimiste, DeBont éclaire les deux comédiens de face avec une lumière rouge, très chaude, et dessine le contour des corps grâce à un contre-jour jaune reprenant l’effet de la lampe de chevet visible à droite. L’arrière plan est également éclairé en rouge-orangé pour créer une sorte de « cocon », contrastant ainsi avec l’entrée de jour bleutée que l’on distingue par les fenêtres.

Jan DeBont

8.

9.

Sharon Stone est ici éclairée principalement de la droite grâce à un effet entrée de soleil dont DeBont recréé les reflets sur le plafond en arrière plan. Il « casse » néanmoins cet effet sur le visage avec un important débouchage à gauche qui révèle cette moitié de visage et amoindrit considérablement le contraste de l’image.

Jan DeBont

9.

10.

DeBont structure ici le cadre grâce à la lumière, l’attention est totalement centrée sur George Dzundza qui est judicieusement placé en silhouette dans l’encadrement de l’ascenseur éclairé à l’intérieur par le haut et la droite. Les deux bandes lumineuses placées verticalement de part et d’autre de l’ascenseur renforcent cette structure géométrique, ainsi que la bande de peinture rouge qui scinde violemment l’image en deux horizontalement, annonçant le meurtre qui va suivre.

Jan DeBont

10.

11.

Scène de tension soulignée par un éclairage très contrasté avec des ombres nettes et découpées, à l’instar ce cette projection de grillage en arrière plan enfermant le personnage de Jeanne Tripplehorn. Elle est éclairée de la gauche, de la même dominante colorée bleu-cyan que l’effet d’arrière-plan avec un débouchage orangé à droite qui créé le contraste coloré et rend le plan étrange, désagréable à l’œil.

Jan DeBont

11.

12.

Raccord dans l’axe, cadre plus large, on voit encore mieux ici la structure de l’éclairage avec les deux effets bleu-cyan, l’entrée de lumière en contre-jour gauche sur Tripplehorn et le mur de droite et la projection de l’encadrement grillagé de fenêtre en fond, provenant lui de la droite du cadre, dans une direction contradictoire par rapport au contre-jour. Le débouchage orangé sur le visage et le corps de la comédienne a pris plus d’importance ici, la faisant nettement ressortir du décor. Une nouvelle fois, l’ensemble (lumière et déco) est structuré de manière très géométrique avec des lignes tranchantes (arrêtes de murs et de portes, bandes rouges peintes, ombres très nettres…) renvoyant au générique du début et à la figure centrale du film, le pic à glace.

Jan DeBont

12.

13.

Contre-champ sur Michael Douglas, l’effet bleu-cyan est repris, mais intègre l’ombre de Tripplehorn sur le mur de gauche, c’est elle qui domine la scène, qui en est l’élément central, présente dans tous les plans. Une ouverture bleutée est d’ailleurs présente derrière Douglas là où l’arrière plan de Tripplehorn était bouché par l’ombre d’une grille. Débouchage important sur le visage par une lumière orangée, ainsi que sur le mur de derrière, plaçant ainsi le personnage dans un espace différent, opposé.

Jan DeBont

13.

14.

Effet stores très marqué traçant une ligne, un lien entre les deux personnages tout en séparant violemment le cadre, le rendant bancal par ces traits en diagonale qui en cassent la rigidité horizontale. Contraste important, peu de débouchage. L’effet des stores est repris sur Douglas en avant-plan pour bien l’intégrer à l’intérieur du décor. Contraste coloré avec l’extérieur visible par la fenêtre (façade d’immeuble en face), éclairé du bas et très orangé. Utilisation d’une longue focale ayant pour résultat de rapprocher les personnages l’un de l’autre en dépit de la distance, de ramener tout l’espace sur un même plan.

Jan DeBont

14.

Précédent (Première partie)

Publicités