Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , ,


American Gangster

Ridley Scott – 2007

9.

Lumière à effet ici, avec les faisceaux bleu-cyan qui balaient l’assistance, et un éclairage d’ambiance plutôt en contre-jour, venant du haut pour reprendre l’effet des spots surplombant le ring. Savides utilise la foule comme un élément de décor, il ne met en valeur aucun individu, ne fais ressortir que le ring et ne tient à montrer que l’aspect grouillant de la foule, renforcé par ces faisceaux balayant.

Harris Savides

9.

10.

Russell Crowe est éclairé en contre-jour pour reprendre l’effet des tubes phosphorescents placés au plafond de la pièce (chambre de développement photo). Dominante jaune très forte, sans aucune autre couleur pour créer du contraste coloré, l’image entière est ainsi teintée. Très faible débouchage en face, le comédien est une nouvelle fois placé dans un espace éclairé mais pas traité indépendamment, à part, il est juste « placé » dans l’espace.

Harris Savides

10.

11.

Raccord de profil, en longue focale pour aplatir l’espace. L’arrière-plan est éclairé par le haut de cette même lumière jaune, alors que Russell Crowe à l’avant-plan est totalement laissé dans l’ombre, silhouetté sans aucun débouchage en face (11-1).

Harris Savides

11-1.

Il se dirige ensuite vers l’arrière-plan pour plonger sa photographie dans le bain, et entre ainsi dans l’espace de lumière, révèle symboliquement son visage comme la photographie développée révèle son image (11-2).

Harris Savides

11-2.

12.

Nouvelle occurrence d’un contre-jour total avec les personnages silhouettés sur une découverte donnant sur l’extérieur, sans effet marqué de contre-jour ou de débouchage à l’intérieur. Comme sur le plan 4, un élément brillant (les rebords du billard ici) placé à l’avant plan permet de dynamiser le plan grâce aux reflets du ciel. Structure de cadre géométrique s’appuyant sur le losange de la table de billard et les rectangles des fenêtres et de la télévision, rien n’est vraiment droit, les lignes se recoupent toutes assez violemment, le cadre est strié de toutes parts, instable.

Harris Savides

12.

13.

Lumière assez douce, diffuse, en latéral venant de la gauche sur Denzel Washington et la comédienne en premier plan, avec débouchage à droite et léger contre-jour. Savides éclaire par contre fortement la rampe d’escalier en arrière plan pour donner de l’importance au décor et à sa structure dans le cadre, privilégiant les lignes courbes, les arrondis (en totale rupture avec le plan 12).

Harris Savides

13.

14.

Contre-plongée sur Russell Crowe franchissant la table, de façon à intégrer les tubes fluorescents et la fenêtre dans le cadre, apportant des éléments très lumineux qui appuient la perspective, tracent les lignes de fuite vers le coin en bas à droite du cadre, accompagnant ainsi le mouvement du comédie qui va tomber de ce côté. Ambiance globale assez sombre, éclairage diffus avec une direction peu marquée, et surtout poussière due au nuage de cocaïne soulevé par Crowe en passant sur la table qui opacifie l’espace.

Harris Savides

14.

15.

Gros plan en contre-jour, la fenêtre étant bien placée dans le cadre en arrière-plan pour donner de la luminosité. Savides ajoute un débouchage à droite sur la tasse pour que l’on y voie le motif de poisson (15-1).

Harris Savides

15-1.

Le personnage se lève en renversant la tasse de café, et aussitôt la fumée s’élève, éclairée en contre-jour par la fenêtre pour envahir le cadre, faire écran en bouchant la lisibilité de l’arrière-plan, rendant l’ensemble assez flou (15-2).

Harris Savides

15-2.

16.

Face à face entre Russell Crowe et Denzel Washington, celui-ci étant placé en pleine lumière contre le mur, intégré aux photographies alors que Crowe est éclairé en contre-jour et clairement séparé par le bureau qui est gardé dans le cadre.

Harris Savides

16.

Première partie

Publicités