Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , ,


Harvey Milk (Milk)

Gus Van Sant – 2008

7.

Plan vu depuis l’intérieur de la boutique, on remarque à quel point l’extérieur est totalement surexposé, blanc, laiteux, alors que nous n’avons que très peu de références visuelles à l’intérieur. Le personnage va bien sûr franchir la porte et entrer dans la boutique, se retrouver dans un espace correctement exposé. Savides ne prend pas la peine d’équilibrer les niveaux entre intérieur et extérieur, ou d’opérer une correction de diaphragme lors du franchissement de porte. Il « laisse vivre » l’extérieur, assume la surexposition.

Harris Savides

7.

8.

Les diverses rencontrent entre Sean Penn et Josh Brolin au cours du film ont régulièrement lieu dans ce décor, et sont toujours filmées avec ce décadrage important que nous voyons. Ici Van Sant et Savides laissent beaucoup d’air au dessus des deux personnages, les cantonnant dans la partie basse du cadre, n’en occupant qu’un tiers. Ce type de cadrage, en dehors des conventions, induit un déséquilibre dans le plan, et donc dans la situation, explicite la gêne et la fracture existant entre eux. Éclairage principal diffus et à dominante chaude, jaune, venant de la gauche avec léger débouchage à droite.

Harris Savides

8.

9.

Scène de nuit très sombre, très sous-exposée, avec en source principale un contre-jour à dominante bleue très prononcée qui silhouette tout juste les deux acteurs, dessine le contour des têtes et éclaire les deux murs les entourant. Aucun débouchage en face, on ne distingue que très mal leur visage. La construction du cadre, révélant les deux murs de part et d’autre, rend l’atmosphère assez intime, resserre le plan sur les personnages.

Harris Savides

9.

10.

Nouvel exemple de décadrage important, Brolin et Penn n’occupent qu’une très infime part du cadre, le reste s’ouvrant sur un espace vide. Deux sources lumineuses sont placées dans le champ, l’halogène en fond de cadre et le lustre au plafond, toutes deux justifiant de la dominante jaune enrobant tout le cadre. Éclairage de face et du haut sur les deux acteurs, en effet lustre (mais un lustre se trouvant hors-champ, au dessus de la caméra).

Harris Savides

10.

11.

Lumière sur deux strates ici, l’accent étant mis sur l’avant-plan. Le personnage est éclairé en latéral et surtout par le bas en léger contre-jour, dessinant ainsi les reliefs de son visage. Un second contre-jour est placé derrière lui et permet ainsi de le détacher nettement du fond. En arrière-plan on distingue une lampe à abat-jour qui constitue l’éclairage principal de cette zone, avec une lumière diffuse venant de gauche sur les trois personnages flous. Elle produit également une large tache lumineuse sur le mur qui permet de détacher la silhouette du personnage d’avant-plan.

Harris Savides

11.

12.

Source principale venant ici de droite en latéral, l’éclairant qu’une moitié de visage et créant des ombres profondes, Sean Penn coupant lui-même une partie du faisceau avec sa main, seul un quart de son visage est éclairé. Très léger débouchage à gauche, mais le contraste de l’image en demeure très important, les zones sombres sont très denses et les parties lumineuses assez fortes, presque surexposées. Harvey Milk est entouré de ténèbres, de danger.

Harris Savides

12.

Première partie

Publicités